Les âmes soeurs et jumelles selon Edgar Cayce

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les âmes soeurs et jumelles selon Edgar Cayce

Message par La Magicienne le Ven 29 Avr - 10:51

En s’appuyant sur les lectures d’Edgar Cayce, ce livre aborde le vaste sujet de nos rapports avec autrui, de l’attraction des âmes entre elles, de la solitude et de la relation entre l’être humain et son Créateur. Il montre que la notion d’âmes sœurs est étroitement liée à la réincarnation. Il explore les lois universelles par lesquelles les gens se trouvent en contact les uns avec les autres. Enfin, il explique comment améliorer nos rapports difficiles et créer des relations parfaites.




DÉFINITIONS



1. Les âmes sœurs
La notion d’âmes sœurs n’est pas nouvelle. Elle existe depuis des millénaires dans différentes cultures, apparaissant dans les mythes, les contes et les légendes. En substance, elle indique que l’âme humaine, intégrale et complète à l’origine, s’est séparée de son Créateur ou s’est fragmentée. Depuis lors, sentant qu’il lui manque quelque chose, elle cherche ardemment à retrouver son intégralité ou à retrouver sa « moitié ».

Les lectures de Cayce mentionnent que chaque entité doit accéder à sa propre intégralité et devenir complète en elle-même. Elles soulignent que cela se réalise par l’intermédiaire de nos rapports avec nos semblables. Selon Cayce, nos interactions avec autrui nous permettent de nous connaître nous-mêmes, de découvrir nos talents et nos faiblesses, de prendre conscience de notre véritable identité et de cultiver la relation nous liant à Dieu.

Edgar Cayce voyait dans les Annales Akashiques d’une personne le déroulement des rapports que celle-ci avait entretenus d’incarnation en incarnation. Il décrivait l’incidence de ses choix antérieurs sur les situations de sa vie actuelle, la provenance de ses relations et le pourquoi de ses expériences avec autrui.
Dans une lecture, Cayce donna une définition des âmes sœurs : « Il s’agit de toutes les personnes qui constituent un complément, une réponse l’une pour l’autre. Nous ne parlons pas d’attraction purement physique, mais nous nous plaçons sur les plans mental et spirituel. » [Lecture 1556-2]

Des âmes sœurs se sont connues précédemment et ont la possibilité d’avoir des rapports constructifs dans le présent. Malgré leurs dissentiments, elles peuvent s’allier pour surmonter les épreuves de l’existence.
Les relations entre âmes sœurs se rattachent aux processus de croissance spirituelle de chaque être humain. Elles se perpétuent au cours du temps et réapparaissent, sous diverses formes, lorsque les entités doivent résoudre des problèmes restés inachevés ou décident de faire quelque chose ensemble.
Nous possédons mainte idée fausse sur les âmes sœurs. Cela vient sans doute de notre désir profond de trouver un partenaire parfait dans la vie, c’est-à-dire notre « moitié » ou l’être qui nous apportera plénitude et bonheur. Par suite, certains croient qu’aucune ombre ne trouble les liens entre âmes sœurs. Les lectures signalent qu’il n’en est point ainsi. Elles précisent que nous sommes attirés par quelqu’un en notre âme, nullement car cette personne est notre unique complément, mais parce que nos rapports avec elle nous permettent d’évoluer vers notre propre intégralité. En d’autres termes, les relations entre âmes sœurs ont le pouvoir d’accélérer le développement spirituel et de conduire progressivement à la maturation des âmes. Si les êtres concernés donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils s’entendent de mieux en mieux, vainquent leurs difficultés et se réjouissent de mener une vie qui en vaut la peine.

Nous avons tous de nombreuses âmes sœurs — dans le couple, en famille, parmi nos connaissances, au travail, dans des groupes. Il existe par conséquent différentes catégories de rapports entre âmes sœurs. Les lectures énoncent que les gens se retrouvent toujours pour une raison spécifique, essentiellement en vue de poursuivre une fructueuse collaboration ou de régler des conflits antérieurs. Bonnes ou mauvaises, nos relations reprennent là où nous les avions laissées. En effet, il y a continuité de nos schémas émotionnels, de nos aptitudes, de nos desseins, de nos aspirations et de nos idéaux passés. Cependant, notre manière d’aborder les situations qui se présentent à nous dépend uniquement de nos choix actuels.

2. Les âmes jumelles
Ce terme caractérise deux personnes dont les âmes proviendraient de la scission originelle d’une seule et même âme. D’après Cayce, deux âmes jumelles n’en sont pas identiques pour autant et ne s’incarnent pas nécessairement à une même époque. En outre, peu de gens possèdent une âme jumelle.
Selon les lectures, la distinction principale entre âmes sœurs et âmes jumelles est la suivante :
· Nous avons tous beaucoup d’âmes sœurs. Nous nous attirons mutuellement de façon à ce que chaque personne puisse se libérer de problèmes non résolus dans le passé, remplir sa mission sur la terre et s’élever spirituellement.
· Deux âmes jumelles sont en général unies par un idéal et un objectif communs. Elles se retrouvent donc le plus souvent, non pour vivre une idylle, mais pour réaliser une tâche donnée ou accomplir une œuvre importante.

Des âmes jumelles exercent une profonde influence l’une sur l’autre à travers le temps. Quelques exemples cités dans les lectures sont : Jésus et la Vierge Marie ; Edgar Cayce et Gladys Davis, sa secrétaire ; Gertrude Cayce et Hugh Lynn Cayce, le fils aîné d’Edgar et Gertrude.

En plus d’avoir leur propre âme jumelle, Edgar, Gertrude, Gladys et Hugh Lynn étaient âmes sœurs entre eux, ainsi qu’avec de nombreuses personnes. Ils avaient été ensemble dans plusieurs vies précédentes et étaient revenus dans cette incarnation afin de répandre les enseignements des lectures d’Edgar Cayce. Gladys joua un rôle capital en notant l’information, en la transcrivant, puis en la classant par thème. De leur côté, Gertrude et Hugh Lynn amenèrent l’équilibre : Gertrude, dans la famille comme dans le mécanisme d’obtention des lectures ; Hugh Lynn, dans la diffusion de l’information et dans l’expansion de l’association fondée par son père.


3. L’incarnation des âmes

Cayce affirma que l’un des services les plus appréciables qu’un couple pouvait rendre était de permettre à une âme de venir sur la terre.

Deux lois surtout conditionnent l’incarnation des âmes :
· La loi de cause à effet, ou de causalité. Elle se réfère à la mémoire karmique d’une âme, à ses choix et expériences antérieurs.
· La loi d’attraction. Elle agit comme un aimant universel qui offre sans cesse à une âme les occasions d’apprendre les leçons qu’elle a sélectionnées pour sa vie actuelle et d’honorer le but de son incarnation.

Les idéaux et les objectifs des futurs parents au moment de la conception ainsi que pendant la grossesse sont déterminants pour l’âme qui décidera de naître dans cet environnement. Selon les lectures de Cayce, les pensées, les sentiments et les activités des futurs parents créent un champ vibratoire. Seules les âmes recherchant ce genre d’énergie pourront naître d’eux. Ce champ doit être compatible avec le développement de l’âme entrante. Cayce mentionna également que le reste de la famille avait son influence. De manière générale, il suggérait aux conjoints d’être joyeux et pleins d’espoir. Il leur recommandait de s’attacher aux valeurs spirituelles, de s’en remettre à la volonté du Seigneur, et de désirer que leur enfant apportât lumière, amour et espérance dans le monde.

Cayce leur répétait que l’âme qu’ils attiraient était un enfant de Dieu et qu’ils avaient à charge son éducation et son épanouissement. C’était pour eux une opportunité de manifester l’amour divin et de servir le Créateur. Ils devaient maintenir une disposition intérieure juste et avoir une conduite exemplaire, non seulement avant la naissance, mais aussi durant l’enfance et l’adolescence.

Une âme pénètre dans la matière à la naissance, un peu avant celle-ci, ou même jusqu’à vingt-quatre heures après. Par conséquent, la projection de l’âme dans le corps du bébé et la conception physique sont deux choses totalement distinctes.


DIFFÉRENTES CATÉGORIES DE RAPPORTS ENTRE ÂMES SŒURS

1. Les couples

Les lectures soulignent que nous pourrions avoir une relation conjugale durable avec diverses âmes sœurs. Chaque option menant à des expériences particulières, certains choix sont préférables à d’autres.

Quand une jeune fille demanda à Edgar Cayce si son ami était l’homme qu’elle devait épouser, il répondit : « C’est l’un de ceux que vous pouvez épouser. » [Lecture 3834-1] À une autre qui lui demanda si elle serait aussi heureuse, ou plus, en se mariant avec quelqu’un d’autre que son fiancé, Cayce déclara : « On pourrait citer vingt-cinq ou trente noms. Tout dépend de la manière dont vous œuvrez au bonheur de votre couple. Le bonheur se crée. Il est ce que vous en faites. » [Lecture 1981-2]

Aux personnes voulant fonder un foyer, Cayce conseillait souvent de s’analyser afin de déterminer ce qu’elles cherchaient vraiment. Si c’était pour assouvir un désir physique ou émotionnel, elles ne seraient pas heureuses en ménage. Par contre, si c’était pour manifester l’amour véritable, appliquer l’altruisme sincère et devenir de meilleurs êtres humains, alors leur motif était légitime.

Ainsi, le succès d’un mariage ne repose point sur l’attrait physique ou sur des considérations d’ordre matériel ; mais il relève essentiellement de la coopération mentale et spirituelle, de l’effort de chacun pour s’entraider et pour servir Dieu. Cayce invitait les conjoints à cultiver leur amour l’un pour l’autre, à goûter la paix et la joie d’être ensemble, à glorifier le Divin et à ne jamais refaire la même erreur. Il leur recommandait de collaborer, de formuler un idéal commun et de se rapporter à ce dernier lorsqu’ils étaient en désaccord. Tout en les mettant en garde contre les dangers d’un comportement égoïste, il les encourageait à saisir l’importance de leur relation, à se soutenir mutuellement dans les épreuves et à compter l’un sur l’autre. « Rappelez-vous qu’aimer c’est donner. L’amour se construit. L’amour grandit. Vous pouvez le cultiver ou le détruire. Que chacun renonce à son ego. L’union du corps, de l’esprit et de l’âme dans le mariage doit avoir pour objet d’exprimer l’unité, non de satisfaire des désirs personnels. L’amour supporte tout, l’amour pardonne, l’amour comprend, l’amour triomphe des obstacles et y voit des opportunités de croître. N’attendez pas que ce soit toujours l’autre qui donne et absolve. Mais vivez à l’unisson et cherchez constamment à vous compléter l’un l’autre. » [Lecture 939-1]

Bien avant de rencontrer sa future épouse, Edgar Cayce fit un rêve illustrant la nécessité, pour un couple, de rester uni et de se conformer à un idéal commun. Dans son rêve, il se voyait avec une femme voilée traverser maintes difficultés. Tant que tous deux avançaient ensemble, la main dans la main, ils franchissaient les écueils. Une voix spécifia : « Ensemble vous pouvez accomplir n’importe quoi, mais seuls vous ne pouvez rien réaliser. »

Voici une excellente méthode pour améliorer les relations conjugales : Cayce suggérait aux époux d’imaginer quel serait le partenaire qu’ils souhaiteraient avoir s’ils se trouvaient à la place de l’autre ; et les incitait à agir de cette manière à tout instant.

La lecture d’un homme qui désirait rendre son mariage plus harmonieux stipule : « Comportez-vous envers votre femme et envers les autres de la même façon que vous voudriez qu’ils se comportent à votre égard. N’exigez pas plus que ce que vous acceptez de donner. Les conjoints doivent poursuivre un dessein unique. Si leurs aspirations divergent, l’harmonie ne règne point entre eux. La bonne entente s’instaure dans un esprit de partage. Au cours de votre incarnation précédente, vous avez été la cause de nombreux maux et vous l’avez regretté. Il est temps de vous rattraper maintenant, sinon ce sera dix fois pire dans une prochaine vie. » [Lecture 5001-1]

En général, Cayce se gardait de dire aux gens ce qu’il convenait de faire, afin de ne pas s’opposer à leur libre arbitre. Mais il les aidait à comprendre leur état, à corriger les erreurs du passé et à créer des rapports positifs.

Dans certains cas, les lectures déconseillèrent le mariage pour une raison précise. Ce fut toujours parce que l’union des conjoints allait entraver le développement spirituel de l’un d’entre eux ou des deux, que le moment n’était pas adéquat, ou qu’il fallait que les intéressés prissent d’abord position dans l’existence.

Cayce recommandait parfois le divorce, si l’un des époux s’avérait en danger physique, mental ou spirituel ; si tous deux avaient terminé ce qu’ils devaient faire ensemble ; ou si l’un avait tiré les enseignements de leur relation et que l’autre s’y refusait.


2. La famille

Très souvent, les membres d’une même famille ont été ensemble dans des vies antérieures. Ils se retrouvent dans cette incarnation afin de continuer leur croissance personnelle et de permettre aux autres de s’élever spirituellement à leur contact.

Chacun revient avec ses sentiments, ses doutes et ses craintes passés, jusqu’à ce qu’il arrive à les dominer. Il traverse les expériences dont il a besoin pour se transformer et devenir un être de plus en plus complet.

Selon les lectures, lorsqu’un couple attend un enfant, plusieurs âmes peuvent envisager la possibilité de s’incarner dans cette famille, même si celle-ci offre des conditions adverses. En fait, le choix d’un environnement s’effectue d’après les leçons qu’une âme a sélectionnées pour sa prochaine venue ici-bas. Il semble assez inconcevable que nous puissions préférer une famille abusive ou des circonstances en apparence défavorables. Cependant l’âme s’intéresse, non à la situation elle-même, mais à ce qu’elle est susceptible d’en retirer pour son évolution. En résumé, au niveau de l’âme, nous choisissons l’entourage et les conditions les plus conformes au but de notre entrée dans le monde. Il ne dépend ensuite que de nous d’accepter nos leçons ou, au contraire, de les rejeter. À une femme que la vie paraissait avoir durement éprouvée en lui donnant une fille aveugle et retardée mentale, Edgar Cayce dit un jour : « Ne vous lamentez pas sur votre sort. Remerciez plutôt Dieu de vous fournir l’occasion d’être confrontée à vous-même et de voir comment Son amour et Son pardon se manifestent sur la terre. » [Lecture 2796-1]

Il faut noter que même dans le cas des enfants adoptés, le choix d’une famille a lieu sur le plan de l’âme. L’entité sait d’avance ce qui va se produire et prend un chemin indirect afin d’aboutir dans le cadre le plus propice à son développement.


3. Les amis

En ce qui concerne la famille comme les amis, tous nos rapports importants ont pris naissance dans le passé. « Rien n’arrive par hasard. Nos liens d’amitié ne sont que la continuation de desseins et d’idéaux antérieurs. » [Lecture 2946-2]

Ne négligeons aucune relation amicale. Les lectures déclarent que, n’ayant jamais trop d’amis, nous ne pouvons nous permettre d’en perdre un seul. [Cf. lecture 3234-1]

Cayce expliquait aux gens que s’ils voulaient avoir des amis, ils devaient eux-mêmes se montrer amicaux : « Si vous voulez voir l’harmonie régner dans votre vie, créez-en dans l’existence d’autrui. Si vous désirez des amis, témoignez de l’amitié à vos semblables. Si vous souhaitez que les autres pensent ou parlent bien de vous, cultivez la gentillesse envers tous. » [Lecture 2023-1]


4. Les groupes d’âmes

Les êtres humains se trouvent liés au niveau de la famille et des amis. Mais ils sont aussi attirés, à un degré moindre, par des groupes plus vastes. Ceci se produit notamment lorsqu’il s’agit d’exécuter un travail en commun. Cayce mentionna, par exemple, que de nombreuses âmes choisissaient de s’incarner en Chine au vingtième siècle en vue d’y instituer la liberté religieuse.

Certains groupes poursuivent des buts positifs, d’autres des buts négatifs — comme la persécution religieuse ou raciale.

Un groupe revenu pour s’acquitter d’une mission spécifique est celui des collaborateurs de Cayce et des membres actifs de l’A.R.E. Les lectures signalent que quiconque s’intéresse vraiment à l’œuvre d’Edgar Cayce participa à une œuvre similaire en Égypte ancienne, à l’époque du grand-prêtre Ra-Ta. [Cf. lecture 254-42]



DIFFICULTÉS DANS LES RAPPORTS ENTRE ÂMES SŒURS

Chaque âme attire les circonstances qui lui permettent de se retrouver face à elle-même. Par conséquent, nos rapports avec les gens présentent habituellement un certain nombre de difficultés. Au lieu de considérer ces dernières comme extérieures à nous-mêmes, prenons conscience que nous sommes responsables de ce qui nous arrive. Nous créons notre propre réalité par nos choix et nos actions. Ne nous sentons donc victimes ni d’autrui ni de la conjoncture.

Maints problèmes subsistent dans les relations humaines, car nous avons tendance à nous attacher aux différences plutôt qu’aux similitudes. Les lectures nous engagent à minimiser les défauts des autres, à magnifier leurs vertus et à faire en sorte que chaque expérience s’avère bénéfique. [Cf. lecture 263-18] De toute manière, nos rapports difficiles réapparaîtront aussi longtemps que nous ne les maîtriserons pas.

Edgar Cayce affirma : « Les gens ne se rencontrent point par hasard. Ils sont nécessaires à l’évolution d’autres personnes, même s’ils n’utilisent pas toujours leurs opportunités de façon spirituelle. » [Lecture 2751-1]


LA SOLITUDE

Dans les lectures effectuées à l’intention de personnes se sentant seules et désirant des amis ou un conjoint, Cayce n’indiquait jamais où trouver de telles relations. Il suggérait aux gens de profiter de leur solitude pour améliorer leur santé, analyser leurs sentiments profonds, panser les plaies de leur âme, ou s’approcher de Dieu.

La solitude a diverses origines. Elle peut provenir de situations particulières dans des vies antérieures ; par exemple, si un être a été négligé ou rejeté. Il s’agit pour certains d’une période nécessaire à la réflexion personnelle, à la croissance spirituelle ou au service altruiste. Parfois les causes se situent dans l’enfance, et même dans des problèmes physiques ou émotionnels. Des gens se retrouvent seuls car ils critiquent trop aisément, ne se préoccupent que d’eux-mêmes, ou se croient supérieurs. Certaines personnes s’isolent par crainte de s’ouvrir aux autres ou de leur montrer de l’amour. Quoi qu’il en soit, toutes les difficultés sont en nous.

Les lectures mentionnent que nous pouvons remédier à la solitude en secourant nos semblables et en contribuant à l’édification d’un monde meilleur. [Cf. lecture 5248-1] Elles soutiennent que si nous mettons nos qualités au service de notre prochain et si nous nous laissons guider par l’Esprit, nous jouirons en temps voulu des relations nous faisant défaut. Notre solitude se dissipera. « Faites quelque chose pour autrui. Apportez-lui de la joie, transmettez-lui la signification et la beauté de l’existence, et l’Univers vous comblera. Comprenez que pour avoir la vie, pour avoir des amis, pour avoir l’amour, vous devez communiquer l’espoir aux autres, leur témoigner de l’amitié, les aimer. Car vous ne possédez que ce que vous donnez généreusement. » [Lecture 1786-2] « Efforcez-vous d’être optimiste et d’aider quelqu’un se trouvant dans une situation pire que la vôtre — et il y en a des millions. » [Lecture 1540-6]

Cayce dit encore : « En vous donnant avec abnégation, vous attirez à vous ceux qui ont besoin de ce que vous avez à offrir. » [Lecture 3056-1]

Souvenons-nous que nous moissonnons toujours ce que nous avons semé. Ayons donc de la considération pour nos semblables, traitons-les courtoisement et appliquons la règle d’or : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux. »

Cayce annonçait aux personnes plongées dans la solitude que cette dernière diminuerait dans la mesure où elles exploiteraient leurs talents en faveur du prochain, se fixeraient un idéal spirituel, et cultiveraient leur foi en Dieu et en elles-mêmes. Il les incitait à s’ouvrir aux autres, à mériter leur estime et à leur exprimer l’affection dont elles souhaitaient être l’objet. « Si vous voulez avoir des amis, témoignez de l’amitié à vos semblables. Si vous voulez que l’on vous aime, aimez les autres. Si vous voulez que l’espérance abonde dans votre vie, prodiguez-en à autrui. Dans les moments de découragement et de contrainte, ne condamnez point, car on vous pardonnera pour autant que vous pardonniez. Mais gardez l’espoir et œuvrez avec diligence ; vous recevrez votre récompense — à condition d’agir dans l’esprit du bien et de la vérité. » [Lecture 3184-1]

En réalité, nous ne sommes jamais seuls quand nous prenons conscience que Dieu est en nous et que nous sommes en Lui.


CRÉER DES RELATIONS POSITIVES AVEC AUTRUI

Edgar Cayce expliqua à de nombreuses personnes comment améliorer leurs rapports avec leur conjoint, les membres de leur famille, leurs amis, leurs collègues de travail et même leurs ennemis — ceci indépendamment de la nature et de l’ancienneté des dissensions existantes. Les lectures déclarent que les liens parfaits ne résultent pas d’un heureux concours de circonstances, car nous les créons et les édifions nous-mêmes.

Deux facteurs sont à la base des relations constructives :
· Nous attirons exactement ce dont nous avons besoin à chaque instant.
· Nous possédons tous en notre âme un modèle de perfection, la Conscience Christique. Celle-ci peut être éveillée par la volonté en mettant en pratique ce que nous connaissons. Comme le disait Cayce, appliquons chaque jour ce que nous savons, et le lendemain prendra soin de lui-même. Si nous faisons le premier pas, le suivant nous sera indiqué. C’est pas à pas, petit à petit, un précepte à la fois, que nous progressons. [Cf. lecture 826-1]

Avant d’exposer une méthode simple pour créer des relations positives, rappelons les principes suivants :
· Nos expériences avec les gens ont leur raison d’être. Elles peuvent mener à la transformation personnelle et au développement de l’âme.
· C’est souvent par le biais de nos rapports avec autrui que nous apprenons le plus de choses sur notre propre compte.
· Nos relations difficiles se reproduiront jusqu’à ce que nous les assainissions et que nous les dissolvions dans l’amour universel.
· Âmes en quête de notre vrai moi et de notre intégralité, nous devons entretenir des rapports positifs avec tous.
Selon les lectures de Cayce, quatre éléments permettent d’établir des relations constructives :
1. Apprenons à nous aimer et à nous comprendre nous-mêmes.
2. Formulons un idéal spirituel qui nous servira de phare dans la vie.
3. Appliquons et cultivons ce que nous savons. Exploitons au mieux nos talents.
4. Attendons-nous à ce que les choses changent, afin qu’elles puissent effectivement se modifier.
Pour expliciter ces divers éléments :
1. « Nous attirons ce qui nous est semblable. » Par suite, viennent à nous des êtres dont la conduite s’accorde avec l’image que nous avons de nous-mêmes. En outre, nos qualités et nos défauts se reflètent dans les autres. Les personnes vis-à-vis desquelles nous éprouvons de fortes réactions émotionnelles, favorables ou défavorables, sont un miroir de nous-mêmes. Par exemple, quelqu’un nous irrite car il représente un trait de notre personnalité que nous avons négligé ou refusé de considérer. En conséquence, si nous voulons savoir quels aspects de nous-mêmes nous devons transformer, il suffit de prêter attention aux personnes que nous ne pouvons supporter, qui nous dérangent ou qui nous mettent mal à l’aise. Par contre, si nous souhaitons découvrir nos aptitudes, regardons les gens que nous admirons profondément. Les lectures nous disent avec humour de corriger en nous-mêmes les points faibles que nous remarquons chez les autres.

2. En définissant consciemment notre motivation, nous remplaçons nos vieux schémas de comportement par des attitudes positives fondées sur une aspiration élevée.

3. Il existe une grande différence entre connaissance et application. Cayce maintenait qu’un concept devait absolument être mis en pratique avant de faire partie de notre entendement et de pouvoir nous aider à évoluer.

4. Il faut rechercher et accueillir le changement de nos traits de caractère comme celui de nos anciennes habitudes. En effet, pour que les choses se modifient, nous devons les y autoriser et nous assurer le concours du pouvoir constructeur de la pensée.

Puisque nous attirons ce qui nous est semblable, les autres se mettent à réagir différemment à notre égard lorsque nous nous transformons. En devenant des êtres plus complets, plus intégraux, nous améliorons donc nos rapports avec nos semblables. « Sachez que l’esprit dans lequel vous faites quelque chose est l’esprit qui vous sera retourné. » [Lecture 1688-9]
Les lectures nous invitent à coopérer ; à nous demander constamment en quoi nous pouvons assister notre prochain ; à ne point nous lasser de faire le bien ; à répandre la paix et l’harmonie dans le monde en transmettant les bénédictions divines ; à placer les intérêts d’autrui avant les nôtres ; à ne pas juger ni condamner ; à cesser de rejeter la faute sur les autres ; à traiter nos semblables avec respect ; à exalter leurs vertus et à les encourager ; à ne jamais exiger d’eux ce que nous ne sommes pas disposés à faire nous-mêmes ; à ne point vouloir leur imposer nos idées ou nos opinions ; à laisser de côté les désaccords pour nous attacher à ce que nous avons de commun avec eux ; à ne pas essayer de les changer, mais à montrer l’exemple.
Cayce exhortait les gens à la patience et à la persévérance. « Ne vous attendez pas à obtenir des résultats en un jour, ni même en une semaine. Vous ne semez pas aujourd’hui pour moissonner demain. Vous moissonnez quand ce que vous avez semé a porté ses fruits, car ce qu’un homme aura semé il le moissonnera. » [Lecture 971-1]
Toute relation peut être améliorée, parce que nous avons la capacité de nous changer nous-mêmes. Si nous agissons au mieux, avec l’esprit ouvert, cela conduira immanquablement au succès.



ÂMES SŒURS DE LA CONSCIENCE UNIVERSELLE

Dieu est Amour. Les lectures précisent que Dieu créa les âmes afin de s’exprimer et d’avoir des compagnons. [Cf. lecture 5749-14] En tant qu’enfants du Créateur, nous sommes tous frères. Nous nous incarnons ici-bas et subissons la loi de cause à effet, ou loi du karma, jusqu’à ce que nous personnifiions l’amour universel et devenions de parfaits compagnons de Dieu.
Notre amour se manifeste dans nos rapports avec autrui. Or aimer c’est donner sans rien espérer en retour. De ce fait, les lectures soulignent qu’une âme se développe, à chaque incarnation, dans la mesure où elle pratique l’altruisme. [Cf. lecture 1767-2]
Nous sommes tous en quête de notre véritable identité, de notre relation avec Dieu, de notre relation avec le Tout. C’est pourquoi l’âme se pose continuellement la question : « Qui suis-je ? » Cette question, nous l’abordons de maintes façons en traversant les expériences que nous avons engendrées afin de nous retrouver face à nous-mêmes.
Le but ultime de chaque âme est d’exprimer son essence divine et de se fondre dans le sein du Créateur. « Cela ne s’accomplit nullement par de grands actes de courage, d’amples connaissances ou d’immenses pouvoirs ; mais par la douceur des choses de l’Esprit : par l’amour, la gentillesse, la longanimité, la constance. Si vous les appliquez dans vos rapports avec autrui jour après jour, ici et là, vous deviendrez un en Dieu, ainsi qu’Il vous a voué à l’être. Allez-vous vous séparer de votre Créateur ? Il n’est rien au ciel, sur la terre ou en enfer qui puisse vous éloigner de l’amour de Dieu, si ce n’est vous-même, si ce n’est votre propre ego. » [Lecture 849-11]
Pour cette raison, les lectures mentionnent que nous sommes les âmes sœurs du Créateur. « L’âme est plutôt l’âme sœur de la Conscience Universelle que celle d’une entité en particulier. » [Lecture 2988-2]

CONCLUSION

Nos rapports avec nos semblables nous offrent d’innombrables occasions de nous connaître nous-mêmes, de nous transformer, de croître spirituellement et de faire les œuvres de Dieu. Les opportunités sont toujours présentes ; il ne tient qu’à nous de les saisir ou de les ignorer.
Nous redevenons des êtres complets en accueillant et en assimilant, l’une après l’autre, les leçons qui nous sont proposées. Puisque Dieu est Amour et que nous sommes Ses enfants, puisque nous possédons les attributs du Créateur et sommes un en Lui, il nous incombe de nous aimer les uns les autres. Quand nous aurons assaini toutes nos relations difficiles et personnifierons l’amour divin, nous recouvrerons notre intégralité. « À moins que nous n’apprenions à aimer même ceux qui ont été ou sont nos ennemis, nous n’avons pas commencé à penser correctement. » [Lecture 3254-1]
Les lectures d’Edgar Cayce affirment que le bonheur est un état de conscience. C’est en nous qu’il réside, dans notre relation avec la Force Créatrice, dans l’amour que nous témoignons à l’ensemble de la création. [Cf. lecture 2982-1]
Nous sommes tous un, liés les uns aux autres. Par nos rapports mutuels, nous distinguons notre vraie nature spirituelle et nous nous unissons à la Source suprême. Lorsque nous recherchons des âmes sœurs, nous sommes en réalité en quête de Dieu.

Source : http://www.edgarcayce.org/en_francais/relations_personelles.html
avatar
La Magicienne
Admin

Féminin Messages : 1463
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 45
Localisation : 4ème dimension

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les âmes soeurs et jumelles selon Edgar Cayce

Message par Ladyblue le Ven 29 Avr - 11:46

Très bien ça aussi, je reviendrai tout lire quand je serai tranquille !
avatar
Ladyblue
Admin

Féminin Messages : 2075
Date d'inscription : 27/03/2011
Localisation : In the Moon

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les âmes soeurs et jumelles selon Edgar Cayce

Message par La Magicienne le Lun 30 Avr - 15:06

Ames soeurs : « Il s’agit de toutes les personnes qui constituent un complément, une réponse l’une pour l’autre. Nous ne parlons pas d’attraction purement physique, mais nous nous plaçons sur les plans mental et spirituel. »


_________________
Lily La Magicienne Le Blog de la Magicienne
avatar
La Magicienne
Admin

Féminin Messages : 1463
Date d'inscription : 14/03/2011
Age : 45
Localisation : 4ème dimension

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les âmes soeurs et jumelles selon Edgar Cayce

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum